J’attends un petit frère / une petite sœur

La famille va s’agrandir. Vous oscillez entre le désir de garder secret cet évènement et celui de le partager, sans pour autant bousculer votre premier enfant.

 

Quel est le meilleur moment et comment annoncer la nouvelle ? Comment associer votre ainé à ce changement de vie à venir ? Comment lui faire comprendre votre joie et l’y inclure?

 

La notion de temps, chez le jeune enfant n’est pas acquise. Entre le moment de votre annonce et l’arrivée du bébé, les mois vont être longs, et lui sembler être une éternité. Il est préférable d’attendre la première échographie, pour partager cette nouvelle sauf si votre enfant pressent quelque chose ; En effet, certains enfants très sensibles risquent de ressentir vos bouleversements hormonaux, ou encore votre fatigue, et se retrouver démunis face à ces changements incompris.

 

Prévoyez pour cette annonce, un temps de la journée où votre enfant sera disponible. Ne soyez pas pressé, donnez-lui des réponses simples à ses interrogations. Par la suite, ne revenez pas trop souvent sur le sujet. Une fois la nouvelle annoncée, laisse- lui le temps de revenir vers vous. Alors que le corps de sa maman se modifie au cours des mois répondez à ses questions mais n’anticiper pas forcément. Soyez vigilants avec votre famille, et vos amis à ne pas aborder trop souvent le sujet. Surtout si votre enfant joue à côté de vous : il entend tout et cela pourrait être générateur d’inquiétudes.

 

L’événement est naturel, et heureux pour la famille. Il est important que l‘enfant ressente votre joie. Vos inquiétudes, cependant fort compréhensibles, ne doivent pas être perçues par votre enfant qui pourrait les interpréter et s’angoisser. Rassurez-le sur votre amour pour lui, sur sa qualité et pérennité.

 

Les régressions

 

Alors que les mois passent, et que cet enfant à venir fait sa place dans votre ventre, dans votre appartement : lit supplémentaire, chambre repeinte… Votre ainé peut présenter des régressions dans ses acquisitions développementales, sociales, et affectives. En effet il n’est pas rare de voir des enfants revenir au biberon, demander de l’aide pour manger, et même perdre cette précieuse « acquisition de la propreté ».

 

Ces régressions sont normales et sont autant de signes que votre enfant se prépare lui aussi au changement à venir. Ne le punissez pas, accompagnez-le et rassurez -le, sur la place qui est la sienne dans votre famille. Acceptez ce fait qui ne durera pas et ne le situez pas trop vite dans une place de grand!

 

La jalousie

 

Certains enfants se montreront jaloux de ce nouveau-né qui vous prend du temps. N’évitez pas pour autant de vous en occuper devant lui. Il est important que votre ainé comprenne les besoins de chacun. Vous pourrez l’associer dans les gestes de la vie quotidienne, le faire participer en fonction de son âge. Il est important d’accepter aussi qu’il n’en ait pas envie, voir qu’il présente des moments d’indifférence.

 

L’amour parental infini

 

Demandez alors à votre ainé de quoi il a besoin, et qu’est-ce qu’il aimerait que vous fassiez ensemble quand vous serez disponible. Votre enfant sera ravi de ce moment privilégié même s’il est de courte durée et il acceptera plus facilement le temps que vous passerez avec le bébé.

 

Enfin, dites-lui même s’il est encore petit, que l’amour des parents se multiplie mais ne se divise pas.  Très vite il faudra lui expliquer qu’entre lui et ce bébé qui vient de naître, leurs besoins sont différents, que vous devez accorder du temps et de l’attention à ce petit frère ou cette petite sœur.

 

Petite bibliographie

 

Un petit frère pour Nina de Christine Naumann-Villemin

Maman ourse a un grand ventre de Ophélie Texier

Grand lapin, tu es la ? de Emile Jadoul

Sur les genoux de maman de Ann-Herbert Scott

J’attends un petit frère de Marianne Vilcoq

Et dedans il y a …. de Jeanne Ashbé 

Un amour de petite soeur de Astrid Desbordes et Pauline Martin

Un bébé a la maison de Docteur Catherine Dolto