Propreté des enfants : comment la faire acquérir à son enfant ?

Il s’agit d’une étape importante dans le développement de votre enfant et d’un « sésame » indispensable pour l’entrée à l’école. Les parents sont souvent inquiets que cette acquisition ne se fasse pas dans les temps ! La propreté devient un enjeu d’éducation.

 

Il suffit cependant, de suivre le rythme de chaque enfant et de l’accompagner avec bienveillance dans son acquisition pour que tout se passe bien. Et en général, tous auront acquis la propreté aux alentours de leurs 2 ans ½ -3 ans.

 

Avant-propos

 

« L’acquisition de la propreté », est en fait l’acquisition du contrôle des sphincters. Les sphincters sont les muscles qui permettent d’ouvrir et fermer la vessie et l’anus. Cette acquisition psychomotrice, comme les autres acquisitions motrices du jeune enfant, dépend essentiellement de la maturation neurologique. Il s’agit d’une acquisition naturelle et spontanée et non d’un apprentissage.

 

L’acquisition du contrôle des sphincters dépend également de la maturation psychique et affective de l’enfant ; votre enfant doit avoir envie et se sentir prêt dans son corps et dans sa tête. Il doit accepter de devenir grand. Votre enfant dont on respecte le rythme et l’intimité, a plaisir à grandir. L’acquisition de la maitrîse des sphincters est tout d’abord diurne, et plus tardivement nocturne.

 

Quand ?

 

Votre enfant doit avant tout être mature :

 

  • Au niveau neurologique : savoir descendre les marche d’un escalier seul)
  • Au niveau psycho-affectif : l’enfant doit vouloir devenir grand.
  • Au niveau sensoriel : l’enfant doit être capable de distinguer les différentes sensations ; mal au ventre, rétention, mais aussi reconnaissance et identification de la couche mouillée ou souillée, qui génèrent une gêne sensorielle.

 

Lorsque vous qui proposez à l’enfant d’aller sur le pot à heures fixes ou quand vous devinez que l’enfant a besoin, vous faites le travail à la place de l’enfant ; il risque alors de l’empêcher de repérer lui-même ses propres sensations. L’acquisition de la propreté est constituée de deux grandes étapes :

 

  • La phase de rétention : l’enfant cherche à retenir ses selles, se faisant il muscle ses sphincters. Il n’est pas rare de voir l’enfant vivre des phases de constipation
  • : l’enfant accepte de lâcher cette partie de lui .Il est enfin prêt pour cette acquisition

 

Quels sont les signes ?

 

  • Votre enfant enlève, joue avec sa couche
  • La couche est sèche
  • Il a de l’intérêt pour les toilettes
  • Il maîtrise la marche, monte des escaliers et sait s’asseoir sur le pot ou les toilettes
  • Il joue avec le pot, imite les plus grands, veut juste s’asseoir dessus.
  • Il peut montrer des signes d’inconfort selon l’état de sa couche.
  • Il peut utiliser un mot pour désigner l’urine et les selles.
  • Il veut être indépendant et a conscience de son corps.
  • Il arrive à baisser et remonter sa culotte.

 

Comment accompagner votre enfant ?

 

L’acquisition de la propreté se fait dans un premier temps au domicile de l’enfant et se poursuit dans un second temps à la crèche en concertation avec vous.

 

Les équipes vous accompagnent quotidiennement en essayant de répondre au mieux à vos interrogations et en vous donnant des repères sur le développement psychomoteur de votre enfant, le contrôle des sphincters, et les signes avant-coureurs permettant d’engager votre enfant dans cette acquisition.

Les équipes accompagnent et rassurent l’enfant, en posant des mots. Lorsqu’il a oublié d’aller sur les toilettes. Les « accidents » peuvent être plus nombreux à la crèche, c’est inhérent au fait que les sollicitations y sont plus nombreuses, et votre enfant est alors moins centré sur ces sensations.

 

Sur certaines de ses éventuelles peurs :

 

  • De se séparer de ses selles qui sont parties de lui
  • De tomber dans les toilettes
  • De devoir être grand pour tout d’un coup et de ne plus être « votre » bébé

 

Pendant cette période, nous vous invitons :

 

  • A préférer des vêtements faciles à ôter et à enfiler pour l’enfant, ce qui lui facilitera le déshabillage de dernière minute. Par exemple, préférez une culotte au body
  • A apporter des changes complets : Par exemple, on oublie souvent que les chaussettes sont mouillées et ont besoin d’être changées.
  • A valoriser les efforts, sans pour autant en parler trop souvent. Il s’agit d’un processus normal, l’enfant ne devrait pas ressentir de pression particulière. Lors des transmissions, les équipes sont vigilants à retransmettre un message encourageant pour l’enfant.

 

A noter :

 

  • Les couches culottes peuvent aider l’enfant à acquérir certains gestes d’habillage et déshabillage, mais… Elles restent des couches !
  • Les toilettes, le pot, l’urinoir, le réducteur de toilette ? Le choix est pour certains déterminant.
  • Les adultes oublient la longue histoire qui existe entre le bébé et sa couche. Une relation proposée par l’adulte dès les premières minutes de vie. Le nouveau-né dès ses premières heures, rencontre « sa couche » qu’il ne quittera, pendant deux ans… Avec L’acquisition de la propreté, l’enfant doit faire « le deuil » de cette seconde peau…
  • Le moment passé sur le pot doit permettre à l’enfant de ressentir et comprendre ce qui se passe dans son corps. La distraction livre, jouet, tablette… n’ont pas leur place.
  • L’acquisition de la propreté est un processus naturel. Il n’y a donc pas lieu de distribuer des punitions ni des récompenses.

 

Bibliographie adulte :

 

L’enfant de 2 à 6 ans par Myriam David (Dunod)

La propreté (23 mars 1999) par Emmanuelle Rigon et Véronique Rolland

Les pipis font de la résistance : Comment aider l’enfant à devenir propre ? (18 janvier 2006) par Stéphane Clerget et Carine Mayo