Le jeu, le jouet : un indispensable au développement de l’enfant

Universel, le jeu est observé chez tous les enfants du monde. Cependant, la manière de jouer, le temps consacré au jeu et l’objet « jouet » varient d’un pays à l’autre. Certaines sociétés cherchent à offrir des jouets sophistiqués, ou dit éducatifs : des jouets qui puissent valoriser la performance de l’enfant… Mais jouer c’est avant tout un baromètre de bonne santé !

L’environnement, essentiel au jeu de l’enfant

Pour jouer l’enfant a besoin de :

  • Se sentir en confiance
  • D’avoir du temps
  • D’espace dédié au jeu et à l’enfant
  • De matériel complémentaire au jouet : boites de cartons remplies de vêtements, papiers à froisser, tissus pour se cacher, …
  • De partenaires pour partager et /ou imiter, se chamailler, inventer…
  • D’adultes qui valorisent le jeu, et aident à maintenir l’intérêt et la créativité.

L’enfant a surtout besoin que son environnement reconnaisse à cette activité l’importance qui lui revient.

A quoi ça sert de jouer ?

Le jeu permet à l’enfant de développer sa créativité, d’enrichir ses modes d’expression. Il permet de nombreux apprentissages cognitifs, moteurs, langagiers. Il offre à l’enfant la pensé originale, l’ingéniosité. Il développe l’estime de soi.
Il arrive fréquemment que l’enfant parle tout seul en jouant, expliquant à ses jouets ce qu’il fait, ce qui se passe. C’est pour lui l’occasion de s’exercer à de nouveaux mots entendus. L’acquisition du langage est d’ailleurs plus rapide lorsqu’il est soutenu par des fonctions ludiques. Le jeu permet à l’enfant d’entretenir une communication, de re vivre certaines émotions et enfin développer des sentiments avec ses pairs.

Le jeu, pour découvrir, grandir… et pour le plaisir !

« Le jeu devrait être considéré comme l’activité la plus sérieuse des enfants » Montaigne

Dès son plus jeune âge, l’enfant se développe en alternant des phases d’éveil et des phases liées à des besoins primaires comme la faim, le sommeil, le besoin d’attachement…

Si chez le nourrisson les phases d’éveil sont très entrecoupées, elles gagnent en durée avec l’âge. Ces phases d’éveil sont très riches en découvertes et acquisitions : l’enfant manipule, écoute, imite et reproduit, crée et imagine. Par le jeu, il cherche à entrer en relation, il découvre les mécanismes de cause à effet ou le fonctionnement du monde qui l’entoure et les adultes qui l’accompagnent.

Le jeu, c’est aussi et surtout expérimenter le plaisir !

  • Avant 8 mois, les jeux seront liés à la découverte du corps, aux stimulations sensorielles.
  • De 8 à 18 mois, l’enfant explore l’espace dans lequel il commence à s’aventurer. Il manipule les objets, et aime les jeux de « caché-coucou ».

Le jeu est d’abord solitaire : les enfants jouent côte à côte, sans interagir mais l’imitation est souvent bien présente. Puis il devient associatif : vers 4 ans, le jeu devient coopératif et « social ». L’introduction de consignes et de règles pourront être comprises et suivies.

Jouer, oui, mais il y a des astuces !

  • Faire un choix dans les propositions mise à disposition de l’enfant : un sol couvert de jouets n’aide l’enfant ni à faire son choix, ni à se concentrer
  • Alterner les temps de jeux libres et de jeux proposés
  • Choisir des jeux de taille, poids, et volume adapté au développement psychomoteur de l’enfant. Chez le tout petit, jusqu’à 8 mois, les jouets seront légers (poids inférieur à 80 grammes), minces pouvant être saisi aisément et roulant peu, présentant en surface des sensations variées
  • Attention à la taille des jouets, préférer des objets que l’enfant ne risque pas d’avaler.

Il n’y a pas besoin de gros investissements financier dans l’achat de jouet. Les enfants sont capables de jouer très longtemps avec un contenant en plastique avec un peu d’eau, une cuillère, une dosette de lait, des bouchons…

Comment accompagner le jeu ?

  • Donner à jouer : apporter et fournir le matériel complémentaire au jouet. Être présent et chaleureux.
  • Laisser jouer : Laisser l’enfant être maître du jeu. Regarder, comprendre, écouter, observer ce que l’enfant vit au travers du jeu. Rester garant de la sécurité pendant le jeu
  • Faire jouer : organiser l’espace (préparer et anticiper le matériel nécessaire, l’aménagement…). Être garant de la sécurité et des règles/ consignes de jeu. Optimiser le temps pour chacun, encourager et motiver
  • Jouer avec : Participer au jeu. Savoir entrer dans le jeu sans bouleverser les équilibres. Faire participer tous les enfants.