Les écrans

Depuis le début des années 70, les « écrans » n’ont cessé de se multiplier et d’intégrer notre sphère de vie personnelle et professionnelle. De la télévision en noir et blanc, à l’ordinateur, de la montre connectée aux lunettes en 3D, la population, toutes catégories confondues, se retrouve dans le besoin d’être connectée « en permanence », d’une manière ou d’une autre.

 

Aujourd’hui, en France, chaque foyer est en moyenne équipé de 5,5 écrans. Si les outils numériques facilitent notre quotidien, il n’en est pas moins vrai, qu’ils prennent notre attention, ainsi qu’une grande partie de notre temps.  Smartphones, tablettes, ordinateurs… modifient, voire altèrent, nos rapports à l’autre, et … envers nos enfants. Les tout jeunes enfants n’échappent pas à cet engouement pour le tactile et le virtuel.

 

Cependant, le bon développement de l’enfant nécessite avant tout, des relations de qualité, des échanges renouvelés, des environnement d’exploration et de manipulation riche en propositions sensorielles (des couleurs variées, des densités, textures, poids, formes multiples).

 

De ce fait les écrans ne sont pas des éléments de jeux pour le tout-petits avant 3 ans. L’absence d’écran, loin d’entraîner un retard de développement, serait au contraire bénéfique. Les expériences réelles de relation et de jeu sont essentielles : la confrontation, le partage, les essais et les erreurs sont les bases pour la mise en place des apprentissages cognitifs du tout petit.

 

Quelles préconisations pour les tout-petits de 1 à 3 ans ?

 

Poser des règles et cadres clairs et fermes :

  • Evitez tous les types d’écrans; L’enfant a, avant tout, besoin d’interactions, et de relations avec vous et ses pairs. Les échanges langagiers et les imitations, les jeux de rôles sont importants pour la construction de sa personnalité. D’autre part l’enfant a besoin d’agir, de bouger, et de manipuler. Les découvertes sensorielles sont également primordiales sur cette tranche d’âge.

 

  • Pour autant il est possible de regarder un court métrage d’animation adapté, avec un enfant de 2,5/ 3ans, mais pour un temps limité et dans un esprit de plaisir partagé avec l’enfant. En effet, il est important que le jeune enfant ne soit jamais seul devant un écran en dessous de l’âge de 3 ans.

 

  • A partir de 3 ans si l’enfant regarde une émission dédiée aux petits, un film d’animation, il est nécessaire de : Contrôler et maitriser le temps passé devant l’écran, ainsi que le moment. Pas d’écran jusqu’à 2 heures avant de dormir, pas d’écran dans la chambre, pas d’écran le matin au réveil et pas d’écran pendant les repas. Privilégier à ce moment-là des émissions dédiées, des petits films, mais pas d’INTERNET et plutôt sur la télévision, ou un ordinateur fixe. Pas de tablette, ni de téléphone portable. 

 

  • Instaurer des rituels d’activités partagées : bibliothèque, ludothèque, le jardin et le grand air, régulièrement… sans écrans a porté de mains pour personne. L’occasion renouvelée d’offrir une priorité au partage et à la relation.

 

  • Soutenez le jeu qui est une activité prédominante chez le jeune enfant. Jouer, c’est apprendre à se connaître et découvrir le monde environnant. En jouant, l’enfant révèle ses capacités, fait preuve d’initiative et de créativité. Il développe un sentiment de compétence et de confiance en lui-même. L’accompagnement du jeu permet à l’enfant de se construire. Pensez à donner à jouer, à jouer avec, à faire jouer, et à laissons jouer les enfants.

 

  • Le temps passé devant les écrans est un temps pendant lequel l’enfant ne joue pas.

 

Quels sont les risques liés à une consommation excessive d’écran ?

 

Boris Cyrulnik parle des symptômes des trois A :

 

  • Perturbation de l’Attachement
  • Baisse de l’Attention volontaire, car trop de stimulation de l’attention réflexe
  • Addiction ou accrochage à l’objet (au dépend de la construction du lien)

 

Quelques troubles :

 

  • Retards psychomoteurs
  • Difficultés de graphisme
  • Retards de langage
  • Dépendance psychique
  • Baisse de la capacité à entrer en relation
  • Agitation/ Difficulté attentionnelle
  • Baisse de la capacité créative et imaginaire
  • Irritabilité

 

Quelques ouvrages à destination des enfants :

 

Pfff…, Claude K. Dubois, Editions Pastel

Loupé !, Christian Voltz, Collection Rouergue

C’est un livre, Lane Smith, Collection Gallimard Jeunesse

Un grand jour de rien, Béatrice Alemagna, Collection A.M. ALB.ILL.C.

TEK L’accro-Magnon des tablettes, Patrick McDonnell, Editions Milan

Papa est connecté, Philippe De kemmeter, Editions De la Martinière jeunesse

Le doudou de maman, Denis Lévy-Soussan, Editions Ricochet

Les trois petits casse-pieds, Matthieu Maudet, Editions Ecole des Loisirs