Non, l'attachement ne rend pas dépendant !

planete-peda-tempete-emotionnelle

En donnant de l’attention à l’enfant on renforce son attachement à l’adulte et on le sécurise.
Les pleurs, les colères, sont des manifestations spontanées non calculées qui sont des messages de stress.

 

Le stress provoque des sécrétions de cortisol toxique qu’il faut éliminer. Les pleurs libèrent du stress. Il faut donc consoler plutôt que stopper les pleurs. En donnant de l’attention, on favorise la sécrétion d’ocytocine qui renforce ce fameux attachement à l’adulte.

 

Mais parfois dans certaines situations, l’adulte est débordé par la tempête émotionnelle de l’enfant. Johanna Hirt formatrice de Planète Péda nous éclaire.

 

” Lors de mes interventions en crèche ou lors de mes formations, je suis toujours interpellée par une professionnelle qui me demande “mais quand même il le fait exprès ?” “Ils font ça pour nous provoquer honnêtement ?” hé bien, honnêtement non !

 

Je suis souvent étonnée de la représentation que nous avons des jeunes enfants de façon général ! Dès qu’un enfant à une réaction qui ne nous comprenons pas et qui nous dérange, nous la traduisons rapidement de façon négative : il me cherche, il me provoque…comme si l’enfant était un être maléfique qui cherche désespérément à nous faire passer une mauvaise journée 😉 je pousse un peu le trait, mais l’idée derrière ces questions n’est pas si éloignée.

 

Pourquoi cette traduction ?

 

Nos connaissances sur le développement du jeune enfant sont encore succinctes et en particulier sur ces réelles compétences de contrôle émotionnel et de compréhension des intentions des autres. Alors, nous utilisons notre expérience et nos philtres de décodage des comportements… une traduction d’adultes et c’est là le problème. Nous oublions très vite que l’enfant n’a pas les mêmes compétences de communication que l’adulte et pas la même expérience de vie ! “

 

Pour en savoir plus : https://lesprosdelapetiteenfance.fr/bebes-enfants/psycho-pedagogie/etudes-de-cas-de-la-pratique-la-theorie/il-se-moque-de-moi