Ostéoparents

interview-thomas

L’ostéopathie est un formidable outil pour accompagner l’enfant dans son développement et ses apprentissages, au cours des premières années de sa vie. Cette discipline, au service du mieux être, n’a de cesse d’attirer de plus en plus d’adeptes tant ses domaines de compétences sont variés. Cette thérapie holistique, qui appréhende l’individu dans sa globalité, vise à diminuer manuellement les tensions mécaniques qui altèrent son état de santé. Elle prend également en compte les facteurs dits « psychosociaux », c’est à dire, la sphère cognitive du patient, notamment son état émotionnel et relationnel.

Chez l’enfant, l’ostéopathe examine les différents systèmes : locomoteur, digestif, nerveux et ses incidences potentielles sur les acquisitions du développement psychomoteur. Tous ces systèmes sont interdépendants du système nerveux central, qui est le chef d’orchestre du corps humain. Il assure la collecte des informations du monde extérieure mais aussi du monde intérieur, via une armée de récepteurs présent dans tous les tissus du corps. Ces informations, une fois traitées par nos aires sensorielles cérébrales, permettent de développer notre perception et d’apprendre à s’identifier au monde. Les dernières avancées en neuroscience nous éclairent sur les rapports étroits qu’entretiennent notre cerveau et notre corps dans les apprentissages. Ces deux entités sont intimement liées entre elles, pour ne former qu’un être unique. On peut alors s’interroger sur l’importance d’avoir des récepteurs neurosensoriels pleinement fonctionnels. Le thérapeute manuel, aide l’enfant à se connecter au corps en libérant certaines tensions, pouvant être responsable d’un dysfonctionnement de ces récepteurs. L’ostéopathe participe alors à établir un trait d’union entre les sensations physiques et les émotions ressenties, un lien prépondérant dans l’harmonie « corps-esprit », comme le suggère les neurosciences.

L’ostéopathie, par son approche globale, aide l’enfant à évoluer plus librement, en agissant sur ses tensions internes qui sont souvent la conséquence d’un stress mécanique voir parfois psychique. « La liberté, c’est le mouvement », cette citation bien connue des ostéopathes, prend au sujet des enfants, tout son sens. Chez le tout petit, se mouvoir est l’élément essentiel du développement psychomoteur. Le mouvement lui offre la découverte du monde par le sens du toucher et lui permet ainsi d’enrichir ses connaissances, véritables carburant de son développement.

La prévention est également l’une des clefs de la bonne santé pour les ostéopathes. Par son rôle d’information, l’ostéopathe aide les parents à stimuler, encourager et rassurer leurs enfants pour permettre ainsi de faciliter leur développement psychomoteur, ce qui implique parfois, d’accompagner les parents à faire évoluer leurs croyances sur leurs principes éducatifs.

Le bon développement de l’enfant est donc fonction de sa relation à soi et au monde. Ainsi pour se construire et grandir dans les meilleurs conditions, l’enfant se doit d’évoluer librement dans son environnement mais également dans son corps.