Qu’est-ce que la médiation animale ?

creche-attitude-article-mediation-animale

Réponse faite par Virginie DORFFER animatrice Kimalane

La réelle définition de la médiation animale est « C’est une activité qui s’exerce, sous forme individuelle ou de groupe, à l’aide d’un animal familier, soigneusement sélectionné et entraîné, introduit par un intervenant qualifié dans l’environnement immédiat d’une personne chez qui l’on cherche à susciter des réactions visant à maintenir ou à améliorer son potentiel cognitif, physique, psychosocial ou affectif »

Kimalane la résume plus simplement en disant : « C’est mettre en relation l’homme et l’animal pour en faire ressortir le meilleur »

Les séances de médiation animale permettent le bien-être, l’estime de soi, l’apprentissage du respect, le plaisir des yeux et des sens, un moment de détente, de la motricité et dextérité, une découverte du monde animal…

Cela touche un large public, enfants, adultes, handicapées et personnes âgées.

Et concrètement, lors d’une séance de médiation animale, on nourrit l’animal, on le touche, on le caresse, on le brosse, on le porte, on choisit les aliments, on construit des parcours. Et tout cela toujours dans le respect de tous, de l’animal et du bénéficiant…

 

Comment tout a commencé à la crèche ?

(Virginie Dorffer) J’ai été contacté par une éducatrice de la crèche pour venir présenter l’association et ses activités. Lors du RDV, ma présentation a très vite séduit les personnes présentes. Nous avons mis en place un programme d’une heure découpées en 2 fois trente minutes sur une périodicité de 15 jours pendant 5 mois. On remarque bien l’évolution chez certains enfants qui craignait la présence de l’animal au début et qui au bout de 2 mois à peine participe aisément aux activités

(Cynthia Royer) Il y a 3 ans, nous avons mis en place une convention avec une résidence sénior proche de la crèche pour initier des rencontres intergénérationnelles. Les principaux objectifs étaient de diversifier la relation à l’autre, favoriser le lien social, partager des moments de plaisir et de découverte, et sensibiliser les enfants à la continuité de la vie.  Le hasard a voulu qu’au même moment, nous avions eu la chance de signer un partenariat avec l’association lire et faire lire après 2 ans d’attente. Une dynamique s’est mise en place pour imaginer un PAAP axé sur les rencontres en tout genre et très rapidement, la découverte du monde animal semblait couler de source. Nous avons rencontré Virginie de l’association Kimamale qui nous a de suite séduit et avons mis en place un calendrier de séances.

Nous avons donc intitulé notre PAAP « Drôles de rencontres – A la découverte de la vie »

 

 

 

Qu’aimez-vous dans cette pratique ?

(VD) J’aime faire ressortir le meilleur de chacun !! J’aime l’accueil que j’ai quand j’arrive dans la structure… Les enfants tournent autour du chariot en essayant de reconnaître les animaux présents. J’aime le bien-être et la bonne humeur que procurent les animaux.

(CR) C’est une activité complexe qui génère un certain nombre d’émotions. Complexe dans le sens où l’enfant améliore ses potentiels cognitifs, moteurs et psycho-affectifs par le biais de l’observation et des soins apportés à l’animal (brossage, caresse, nourrissage). Les enfants peuvent ressentir la crainte, la peur, la joie, le plaisir, la fierté, l’excitation …

L’enfant entre progressivement en contact avec les animaux, apprend à maitriser ses gestes, un peu brusque au départ puis tout en douceur par la suite. L’enfant a également la possibilité de rester en retrait pour tout d’abord observer avant d’oser s’approcher. La notion de respect est ainsi mise en avant, respect de l’enfant, de l’animal, de la vie.

 

Quelle est la plus-value selon vous de la présence d’un animal à la crèche ?

(VD) Cela est une question complexe. Je pense que l’animal à la crèche ne peux apporter que du plus! Un joli moment de détente pour l’enfant. La découverte du monde animal pour ceux qui n’en ont pas l’occasion autrement.

(CR) L’animal exerce un attrait sur l’enfant, il est source d’émerveillement. Certains ont d’emblée confiance en l’animal et prennent de suite du plaisir à en prendre soin, se sentent responsables de lui. D’autres ont plus d’appréhension et prennent à chaque séance un peu plus d’assurance. Pour d’autres, l’animal a des vertus apaisantes ou réconfortantes. 

 

Pouvez-vous nous parler d’un moment qui vous a particulièrement marqué ?

(VD) Il y en a plusieurs! Les moments ou les enfants appréhende la présence de l’animal et voir leur attitude évoluée en trente minutes… le fait de voir les copains faire et la prise de confiance si rapide…

Les scènes très rigolotes avec les cochon d’inde touffu, les enfants cherchent la bouche pour les nourrir. Sur certains spécimens, ce n’est pas si évident…

(Equipe) La première fois que Virginie a présenté le chien Leeroy. Une enfant a eu très peur en début de séance, a refusé de s’en approcher ou même de le regarder. 10 minutes avant que la séance ne prenne fin, elle a accepté de le toucher et au final ne l’a plus lâché jusqu’à son départ.

La maitrise des gestes, la douceur dont ils font preuve avec l’animal pendant le brossage. Les animaux étant en général de petite taille (hamster, lapin, tortue, chinchilla…) il est proposé aux enfants de les prendre sur les genoux, ou de les porter sur l’épaule pour les plus audacieux. Certains enfants habituellement très dynamiques ou encore un peu maladroits pour rentrer en contact avec l’autre peuvent se montrer très délicats. Ils prennent conscience que leur geste a un impact direct sur l’animal qui va se cacher ou se faufiler.