Séparations et retrouvailles : Sans nouveauté le cerveau dépérit, sans sécurité l’enfant n’apprend pas

La séparation est souvent connotée négativement.

Cependant, nous savons aujourd’hui que le  bébé intègre des changements grâce à une compétence de son cerveau appelé le système de pensée bayésien.

Tel un chercheur le bébé émet des hypothèses qui quand elles se vérifient transforment la nouveauté en évènement familier.

Le bébé mémorise les moments de la journée et peut se représenter que certaines suites d’évènements assez répétitives peuvent être le signal d’une suite prévisible.

Cette compétence est la base de tous les apprentissages mais ne peut se faire sans l’accompagnement bienveillant d’un adulte pour donner sens à ces hypothèses.

Un enfant explore pour découvrir de la nouveauté et apprendre, c’est un besoin vital !

L’adulte représente cet ancrage sécuritaire grâce auquel l’enfant peut partir en exploration

L’entrée à la crèche demande donc un réel travail de l’équipe pédagogique qui va devoir s’accorder aux besoins de l’enfant accueilli et à ceux de sa famille.

Chacun doit pouvoir se représenter les changements qui vont advenir et cette passation d’attentions autour de l’enfant n’est pas laissée au hasard.

Une rencontre va avoir lieu suivi d’une période de familiarisation où des nouveaux liens vont se tisser pour un climat sécurisant pour l’enfant.

La représentation de temps chez l’enfant se construit à partir d’un ensemble de situations vécues et mises en relation les unes avec les autres. La perception des liens de causalité entre les évènements donnera à l’enfant une échelle subjective du temps qui s’affinera au cours des années.

 

Que signifie accueillir à la crèche ?

Avant tout il s’agit d’aménager une continuité là où une discontinuité apparait pour l’enfant avec son milieu familial,

Pour cela la période dite de familiarisation permet de se rencontrer pour accompagner, soutenir, valoriser l’entrée de l’enfant et sa famille dans la vie collective,

L’objectif principal de cette période est de créer et maintenir le lien de confiance entre la structure et les familles, une place pour des parents partenaires de la vie de leur enfant à la crèche.

Nous souhaitons que les parents soient associés à la vie de la crèche. Au-delà des informations qui leur sont quotidiennement données et transmises sur la vie de leur enfant, nous souhaitons qu’ils aient la possibilité de participer à la vie de la crèche, d’avoir accès à une documentation explicative de nos actions éducatives, d’avoir connaissance de nos outils internes, de se faire une idée précise et réaliste de la vie de la crèche.

Nous organiserons régulièrement des rencontres entre parents, autour d’un café ou d’un goûter. Il s’agit d’un temps informel animé par un psychologue ou par l’équipe éducative pour faire du lien entre les parents et également avec les professionnels. Notre volonté est que chacun puisse se sentir moins seul avec ses questionnements, faire partie d’une même communauté éducative pensée pour les enfants et donner plus de visibilité sur nos actions éducatives.

Chacun, ainsi, que ce soit le parent ou le professionnel pourra participer à l’éducation de l’enfant certes en exerçant dans des lieux de vie différenciés mais en partageant, en échangeant afin que leurs expériences respectives acquièrent plus de consistance et soient un atout dans un accueil qualitatif de l’enfant au quotidien.

Il ne s’agit pas pour les professionnels de tenir compte de la singularité des demandes, ni des désirs. Ni pour les professionnels de conseiller, de réassurer, de guider les parents, il s’agit d’ouvrir la crèche et les espaces de rencontres et d’échanges, une dimension positive de respect et de prise en compte du point de vue des parents en tant qu’acteurs de l’accueil de leur enfant. Il s’agit avant tout d’ouvrir des lieux de partage et de rencontres.

 

Se séparer de ses parents pour entrer à la crèche

La condition indispensable à une entrée en collectivité est de permettre à l’enfant de se sentir attendu, de trouver des repères constants et contenants, en arrivant dans une salle déjà préparée avec des jeux mis en scène.

L’enfant vit donc de nombreux débordements émotionnels qu’il ne peut gérer seul. L’apport d’ocytocine produite par l’enfant lorsque l’adulte apporte une réponse à ce besoin est donc fondamentale, car elle réconforte, procure du bien-être et surtout diminue le stress.

Pour cela nous lui proposons  la tétine, le doudou ou tout objet que l’enfant affectionne et qui le rassure pour lui permettre d’être dans un état de bien-être psychique et physiologique.

Nous mettons en place des petits rituels qui peuvent faciliter la séparation (permettre à l’enfant de fermer la porte derrière son parent, mettre en place des tableaux d’accueil…) et nous lui proposons des jeux que l’enfant aime plus particulièrement.

Nos équipes sont formées à accepter les pleurs éventuels de l’enfant comme une manifestation naturelle de ces émotions. Nous assurons la continuité de soins nécessaire à la transition vie familiale de l’enfant vie en accueil collectif avec un délai le plus réduit possible de réponses à ses pleurs.

Les pleurs libèrent du stress et il est donc primordial de consoler plutôt que stopper les pleurs. En effet, le jeune enfant ne dispose pas encore d’un système de contrôle émotionnel puisque la partie du cerveau qui permet cela, le lobe frontal est le dernier à maturer.

 

Se retrouver après une journée à la crèche.

Nous œuvrons pour faciliter les retrouvailles parents/enfants et favoriser  une continuité entre la journée de l’enfant et son retour à la maison

Nous invitons l’enfant de prendre son temps pour passer d’un univers à l’autre sous le regard bienveillant du professionnel

Nous nous rendons disponibles et montrons  à l’enfant comme à sa famille tout l’intérêt que nous lui portons

Nous prenons le temps de transmettre la journée de l’enfant en utilisant les supports de transmissions à disposition des professionnelles.

Les transmissions seront adaptées à la demande de chaque famille avec les informations nécessaires aux besoins de l’enfant et des petites anecdotes sur la journée de l’enfant pour permettre aux parents de se représenter la journée de leur enfant.

Nous veillons  au bien-être des enfants encore présents en pensant une organisation où un professionnel reste dédié à leur accompagnement durant ce temps ou en limitant au maximum le déplacement du professionnel. Si ce dernier est seul avec un ou deux enfants, il invitera le parent à venir à lui pour ne pas déstabiliser les enfants encore présents.

Chaque espace de jeux reste disponible aux enfants tant que ces derniers sont présents dans la salle. Pour qu’ils ne soient pas dans l’attente de l’arrivée de leurs parents, des temps d’éveil, des jeux qui ne sont pas forcément en libre accès sur la journée, pourront être proposer aux enfants.T